Justice : Une victime d’Eric Arnoux brise enfin le silence

Eric Arnoux a spolié des centaines de personnes, petits investisseurs, artisans, banques, le montant de l’arnaque est estimé à plus de 200 millions d’euros. Jamais, par peur des représailles, une victime n’avait osé témoigner publiquement. Catherine Fortier, entrepreneuse en Rhône-Alpes, soulève enfin cette chape de plomb…

Des méthodes de voyou

« Monsieur Arnoux a réussi à se faire rembourser la TVA sur des factures non payées, soit le remboursement de milliers d’euros, sur le dos des entreprises et de l’état. Il ne me reste que des dettes. » Catherine Fortier

En 2008, Catherine Fortier a créé une entreprise de menuiserie, Zebranos, qui construit ou rénove des chalets dans des stations de ski huppées comme Megève, Courchevel. L’entreprise se développe, jusqu’au jour où elle croise la route du « sérial killer » de petites sociétés.

Eric Arnoux procède toujours de la même manière en trois temps : celui de la séduction et des promesses mirobolantes, puis quand ses interlocuteurs commencent à perdre patience, il tente des négociations, enfin lorsque le divorce est consommé, il menace afin que ses victimes se taisent.

Début 2017, une enquête a été ouverte pour « instigation à agression » par un procureur vaudois après le témoignage d’un ancien collaborateur de ce promoteur véreux. Dans sa déclaration l’ex-employé expliquait que son patron : « lui a demandé de trouver le moyen d’intimider, d’effrayer, de menacer, voire d’agresser plusieurs personnes. Mise sur écoute, cambriolage, saccage de locaux, passage à tabac ».

Ce qui prouve deux choses, la première, que Catherine Fortier ne manque pas de courage, la seconde, qu’elle ne ment pas dans son témoignage de mai 2017 « L’homme qui a « planté » mon entreprise ». Invitée sur France 2, Catherine Fortier évoquera sa mésaventure avec Eric Arnoux et sa bataille pour se relever.

Délinquant financier

Sur le plan financier, Eric Arnoux a plus d’un tour dans son sac, selon qu’il s’agisse de petits investisseurs, de grands acteurs comme les banques ou les institutions financières ou les artisans et les PME.

Concernant ces derniers, la recette est également toujours la même : il accumule les factures non payées et quand vient le temps du règlement judiciaire, il se déclare en faillite en ne laissant aux entrepreneurs que leurs yeux pour pleurer.

Mais ce que nous révèle le témoignage de Catherine Fortier, c’est qu’il fait mieux encore, il réussit à se faire payer la TVA sur les factures non-réglées, du grand art. Dans ce cas, il n’est même plus possible de parler de « cavalerie », mais il faut nommer les choses, cela s’appelle de la délinquance financière car il y a une réelle intention de nuire et de détourner l’argent.

Eric Arnoux a laissé une ardoise de 150 000 euros à Zebranos, une addition qui a obligé Catherine Fortier à fermer boutique, mais elle n’a pas la chance de son créancier, le Crédit Agricole lui réclame 45 000 euros au titre de sa caution personnelle.

Jusqu’à quand ?

Pendant combien de temps encore la justice laissera-t-elle Eric Arnoux sévir ? Incarcéré en mars 2017 et remis en liberté provisoire en juin de la même année, le promoteur est libre de ces mouvements et peut dépenser sans compter l’argent spolié. Mediapart révélait même qu’il avait scolarisé ses enfants au Rosey, l’école la plus chère du monde, avec l’argent de ses victimes.

Et lorsque le procès aura enfin lieu, il aura, à n’en pas douter, organisé son insolvabilité. Qui réparera alors les dommages causés ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s