Eric Arnoux : Le Maddof de l’immobilier ?

Bernie Madoff, devenu un escroc légendaire en 2008 n’avait rien inventé, il avait tout simplement reproduit le système de Ponzi. Lorsque la société, Planet, lance en 2012 un nouveau fonds immobilier prometant des rendements records, son promoteur Eric Arnoux n’innove pas non plus, il copie sur Maddof !

En 2012, l’Agefi publiait un article annonçant le lancement par la société Planet, basée à Genève, d’un fonds d’investissement actif dans l’immobilier très haut de gamme. Eric Arnoux entendait lever, en deux ou trois mois, 70 millions d’euros ! Rien que ça…

Le gestionnaire ambitieux proposait un rendement hors norme de 15% et le justifiait ainsi « Ce ne sont pas de vagues prédictions, mais de réelles prévisions. Ces chiffres sont basés sur le rendement locatif de nos avoirs, à savoir 50% des biens du fonds. Au 31 décembre, après six mois d’activités, le fonds aura déjà vu sa valeur augmenter de 10%. »

L’Agefi, qui est un journal sérieux s’interrogeait alors, mais « comment est-il possible de proposer des rendements de 10 à 15% ? »

Eric Arnoux s’enfermait dans des explications peu probantes au point que le quotidien s’empressait de rétorquer : « il semble que l’éclatement d’une bulle immobilière n’inquiète absolument pas Eric Arnoux ». Et pif, paf, boum, en 2014, Planet déposait le bilan ! Une faillite organisée pour ne pas avoir à rembourser les victimes.

Officiellement la dette de Planet s’élève à 30 millions d’euros, officieusement, Eric Arnoux a transféré une partie du butin via des sociétés écrans. Toutefois, si l’opération n’a pas été nulle pour lui, c’est tout de même un échec retentissant, car il avait placé le curseur beaucoup plus haut.

En réalité, l’affaire s’est écroulée beaucoup trop tôt à son goût, car il comptait vraisemblablement appliquer le système de Ponzi en rémunérant les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Mais n’est pas Maddof qui veut…

De la finance au championnat de pole dance !

Pour assoir sa crédibilité et œuvrer en toute tranquillité, Bernie avait su s’entourer de tout le gratin mondain de la planète, du célèbre acteur, John Malkovich, au présentateur vedette de CNN, Larry King, en passant par la légende du baseball, Sandy Koufax, des centaines de personnalités côtoyaient l’escroc génial.

Pour Eric Arnoux, il est plus difficile de recruter dans le bottin mondain, la seule star qu’il a pu trouver et avec laquelle il a décidé de s’associer se nomme Olivier Koenig, plus connu pour être champion suisse de… pole dance !

Il faut prendre le temps de regarder la prestation de cet illustre inconnu qui se rangerait plutôt du côté des comiques tant son numéro est grotesque, à la limite du vulgaire. Ce n’est certainement pas avec un personnage de cet acabit qu’Éric Arnoux ameutera les richissimes investisseurs !

Néanmoins, le promoteur immobilier bat Maddof sur un point, l’escroc lui s’est fait arrêter et a été condamné à la prison à perpétuité avant de mourir dans les geôles américaines. Eric Arnoux, lui est toujours en liberté, à Londres…  Pour quelles raisons ? Mystère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s